Top 14 : le LOU remporte le choc contre Toulon avec le bonus (27-12)

Top 14 : le LOU remporte le choc contre Toulon avec le bonus (27-12)
"J'ai retrouvé mon équipe" affirmait Pierre Mignoni à l'issue de la rencontre (Crédit photo : Radio Espace)

Les Lyonnais aiment les gros matchs de championnat ! Le LOU s’est imposé 27-12 ce samedi après-midi face au RC Toulon. Avec cette victoire bonifiée, ils mettent ainsi fin à la série de douze matchs sans défaite des Varois et les distancent de 13 points au classement.

Les Lyonnais étaient pourtant cueillis à froid d’entrée, par des Toulonnais revanchards du match aller (le LOU s’était imposé 6-20, ndlr). Anthony Belleau ouvrait le score sur pénalité dès la deuxième minute, après un hors-jeu de Francisco Gomez-Kodela (3-0). Mais les locaux, n’ont mis que cinq minutes à réagir. Après une magnifique combinaison entre Charlie Ngatai et Rudi Wulf, Josua Tuisova trouvait la faille. Il transperçait la défense toulonnaise, avant de décaler sur Toby Arnold, qui trouvait parfaitement Xavier Mignot (5-3). Jonathan Wisniewski se chargeait de la transformation (7-3).

La tension était palpable, sur le terrain comme en tribunes. Le jeu était régulièrement interrompu. Xavier Chiocci était expulsé provisoirement à la 19e après un croche-pied sur un toulonnais. Anthony Belleau tapait au pied la pénalité, sans échouer (7-6).  Mais même à 14 sur la pelouse, les Lyonnais tenaient le choc. Les Toulonnais rataient une pénalité, juste avant le retour du numéro 1 des Rouges et Noirs.

Quatre minutes avant la pause, une nouvelle fois après un hors-jeu de la part des hommes de Pierre Mignoni, les visiteurs reprenaient l’avantage (7-9). Mais encore une fois, les locaux réagissaient. Alors que l’arbitre avait au départ sifflé un hors-jeu varois, sous la pression des 16 256 supporters de Gerland, et après consultation du ralenti, il accordait la pénalité, mais pour une autre raison : un en-avant volontaire. Gabin Villière était logiquement expulsé provisoirement côté toulonnais, et Jonathan Wisniewski se chargeait de taper la pénalité (10-9).

Enormément indisciplinés à l’entrée de leurs 22 mètres, les joueurs de Pierre Mignoni se faisaient encore une fois pénaliser juste avant le retour aux vestiaires. Anthony Belleau inscrivait une dernière pénalité pour son équipe (10-12).

 

Un tout autre visage

Le LOU est revenu sur la pelouse avec de l’appétit et surtout avec un autre visage. Dès la 44e minute, après une longue séquence offensive, Josua Tuisova décalait parfaitement sur le côté gauche l’ancien toulonnais Rudi Wulf, qui filait à l’essai (15-12). Jonathan Wisniewski était une nouvelle fois parfait au pied (17-12).

Assoiffés de victoire devant leurs supporters, les Rouges et Noirs étaient beaucoup plus entreprenants que pendant la première mi-temps. De leur côté, les Varois étaient beaucoup moins appliqués à la tâche et ils le payaient cher. Tout d’abord par une nouvelle pénalité de Jonathan Wisniewski à la 55e des 35 mètres (20-12), mais surtout par un essai en solitaire, après une course solitaire de 50 mètres, de Toby Arnold deux minutes plus tard, transformé par le numéro 10 lyonnais (27-12).

Les Rhodaniens se sont faits peur dans les derniers instants de la rencontre, mais l’essai toulonnais n’était pas validé par l’arbitre. Ce qui permettait au LOU de repartir avec le point de bonus offensif. La défense lyonnaise n’a pas failli du deuxième acte.

 

En conférence de presse d’après-match, Pierre Mignoni affichait un tout autre visage que le week-end dernier : "On était déçu de notre campagne européenne. On avait besoin de se retrouver pendant 80 minutes. On n’a pas réussi à la faire sur la totalité de la rencontre, mais je suis satisfait. Le rugby c’est un bras de fer, on a été au niveau aujourd’hui. On a montré un beau visage. J’ai retrouvé mon équipe aujourd’hui. J’avais le sentiment de l’avoir un peu perdue ».

"Dans l’état d’esprit, dans l’investissement, c’est parfait aujourd’hui. Après il y a toujours moyen de faire mieux, mais c’est bien. On a pris des risques en deuxième période et ça a payé. Ça fait du bien au groupe, aux supporters. On part en vacances l’esprit tranquille", a confié Jonathan Wisniewski.

En effet, le repos de quinze jours sera bien mérité pour les Lyonnais. Prochain match le 15 février sur la pelouse d’un autre rival, Bordeaux-Bègles. Cette rencontre s’annonce encore difficile, mais elle ne devrait pas faire peur aux joueurs de Pierre Mignoni.